A LIRE – “Don’t Call Us Bossy” par Sheryl Sandberg & “Marry Smart” de Susan Patton

Hier nous célébrions la journée internationale de la femme. En cet honneur, le Wall Street Journal a publié dans son édition du samedi 8 mars 2014, deux articles sur deux sujets majeurs pour les jeunes femmes. Personnellement, en tant que femme dans ma trentaine, épouse, mère et sœur, je me fais un devoir de partager ces articles avec ceux que j’aime.

Le 1er article était une revue du bouquin «Marry Smart » de Susan Patton (Gallery Books, 238 pages, $24.99). «Find a husband on campus before you graduate » écrit Susan Patton. Si vous êtes jeune et ambitieuse, vous devez absolument lire ce livre surtout si vous voulez tout avoir : grande carrière, époux et enfants. Extraits en anglais :

The current expectation for most women attending college, especially a top-ranked college, is to spend their 20s building their careers, experimenting with relationships, and not even thinking about wanting a husband and children until they reach age 30 or so. In « Marry Smart, » essentially a book-length expansion of her Daily Princetonian letter, Ms. Patton forthrightly explains why this trajectory is all wrong. « Let’s face it: By the time you are thirty years old, your marriage prospects will have diminished dramatically from what they were when were twenty, » she writes. « And when you’re thirty and still hope to have children, a distinct panic will start to set in. »

Le second article «Don’t Call Us Bossy» par Sheryl Sandberg. Comme le message est beaucoup plus fort en anglais, je préfère garder le texte dans sa version originale.

Tout d’abord, ça veut dire quoi lorsqu’on lance à une femme qu’elle est «  bossy » ? “When a little boy asserts himself, he’s called a « leader. » Yet when a little girl does the same, she risks being branded « bossy. » Words like bossy send a message: don’t speak up or take the lead. Soure: http://banbossy.com/

(…) Women who behave assertively are labeled « aggressive, » « angry, » « shrill » and « overly ambitious. » Powerful and successful men are often well liked, but when women become powerful and successful, all of us—both men and women—tend to like them less.

(…) The irony, of course, is that so-called bossy women make great leaders.

(…) So the next time you hear a girl called « bossy, » do what CBS anchor Norah O’Donnell advised: Smile, take a deep breath and say, « That girl’s not bossy. She has executive leadership skills. »

Source : Wall Street Journal, 8 mars 2014

 

Publicités

Une réflexion au sujet de « A LIRE – “Don’t Call Us Bossy” par Sheryl Sandberg & “Marry Smart” de Susan Patton »

  1. Un commentaire lu dans le Wall Street Journal du 15 mars 2014:
     » Beyond the linguistic weakness of their argument, the authors have confused telling people what to do (being bossy) with leadership. Leaders motivate, cajole, convince and inspire. Leaders point the direction and inspire us to head that way. Bossy people simply tell others what to do, regardless of any expertise or established authority. »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s